24 Nov

On n’achète pas un terrain à Péronne bille en tête !

Afin que davantage de Français puissent bénéficier du PTZ, le gouvernement a décidé d’élargir, à compter du 1er janvier 2016, les conditions d’octroi de ce prêt. Le PTZ peut financer la construction d’un logement neuf (achats sur plans, contrat de construction de maison individuelle, etc.), accompagnée, le cas échéant, de l’acquisition du terrain destiné à la construction de ce logement … C’est plutôt une bonne nouvelle, non, si vous cherchez un terrain à vendre à Péronne ? Mais attention, choisir un terrain n’est si facile ! Parcelle individuelle ou lotissement, formalités, nature du sol, règles d’urbanisme…, le choix d’un terrain à bâtir répond à une sélection rigoureuse.

Parcelle isolée ou lotissement ?
Le terrain en lotissement offre des atouts indéniables. Constructible et livré prêt à bâtir, il est en outre assorti de nombreux équipements, mais il implique le respect d’un strict cahier des charges. A contrario, avec un terrain isolé vous avez plus de liberté, mais les risques sont plus grands ! Soyez donc plus vigilant. Bien situé, idéalement exposé, ni trop grand, ni trop petit, vous croyez avoir trouvé chaussure à votre pied ? Ne vous engagez pas à la légère. Un beau terrain ne veut pas forcément dire bon terrain. Pour avoir foncé bille en tête, des acquéreurs ont pris une douche froide. Situation, constructibilitée, nature du sol…, la prise en compte des aspects les plus techniques est déterminante pour le bon déroulement de votre projet.

Attention au prix
Le prix est aussi un des éléments à étudier à la loupe : en effet, d’après la CLCV, l’association de consommateurs, entre 2006 et 2013, le prix moyen d’un m² de terrain en France s’est accru de 60 %, passant de 46 euros à 73 euros. Le prix moyen du m² de bâti, c’est-à-dire le coût de construction, n’a augmenté que de 21 % : il atteint 1 244 euros en 2013, contre 1 031 euros en 2006. Et selon l’association, la part du foncier dans le prix des logements est très variable selon les territoires. Par exemple, un terrain représente 31 % du coût de la maison dans la communauté d’agglomération du Libournais. Juste à côté, dans la communauté de communes du Sud libournais, le terrain représente 47 % du coût de la maison.

O.D. / Bazikpress momius

Article précédent
Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée